Format maximum

Plateau-télé

AVEC UN SOURIRE ET PEUT-ÊTRE UNE LARME - par Robert Lévesque

2009-11-05

    En 1921, Charles Chaplin a 32 ans, quelques divorces derrière lui et celui avec l’actrice Mildred Harris est en cours lors du tournage de The Kid pour la First National ; il court les femmes comme on court les soldes et c’est tout juste s’il n’a pas eu une aventure avec Sarah Bernhardt venue jouer une Phèdre, une Marion Delorme, un Aiglon à l’Orpheum sur Broadway ; seul le grand âge de la Divine, sa jambe de bois et sa manie de dormir dans un cercueil le retinrent… Son problème, alors, ce ne sont pas les femmes mais les films. Quoi tourner encore ? Quels sujets ?
 
    Depuis que Mark Sennett l’a remarqué au music-hall (ses tournées américaines de 1910 et 1912 dans la troupe britannique de Fred Karno), il en a déjà tourné tant et tant, plus et plus, des « sujets » ! 35 en ligne en deux ans pour la Keystone (les ébauches de « Charlot » en marquis, garçon de café, dentiste, garde-malade, grande coquette, mitron, déménageur…), 15 en un an pour la Essanay qui lui laisse le contrôle du sujet et des bobines (le Charlot se précise, en boxeur, marin, cambrioleur, à la plage…), 12 en un an et demi à la Mutual (chef de rayon, pompier, violoniste…), et, là, depuis 1918 qu’il bosse à la First National, ayant signé un contrat pour « huit comédies de deux bobines », il va vraiment se lasser des courts métrages. Au septième film pour la First National, en 1921, il est comme Tchekhov qui, las des nouvelles brèves, veut « faire long ». Pour Tchekhov, ce fut La Steppe, pour Chaplin ce sera The Kid (Le Gosse). Mais il a fallu qu’il se batte.
 
    « J’avais des ennuis avec la First National à propos du Gosse, écrira-t-il dans Histoire de ma vie en 1964 ; c’était un film en sept bobines et ils voulaient le distribuer sur la base de trois comédies de deux bobines ». Bonjour les emmerdes. Le studio utilise Mildred Harris pour raisonner Chaplin; manque de pot, ils sont en train de divorcer. Chaplin décide d’aller terminer son film ailleurs, il va à Salt Lake City avec deux collaborateurs et quatre cent mille pieds de pellicule. On monta The Kid dans une chambre d’hôtel, la pellicule répandue partout sur les commodes, les tiroirs, les rebords des plinthes, les murs, la salle de bains, en secret de la direction de l’établissement. La First National à Hollywood l’attend avec une armée de huissiers. Mais, passons les détails, le film est un succès. Le premier long métrage du génial Anglais, 50 minutes de blagues et de mélodrame. Chaplin a écrit, produit, dirigé, monté, mis en musique et joué dans son Kid ! Après, ce sera la route vers les chefs-d’œuvre…
 
    Comment l’idée de ce film lui était venu, lui qui avait servi Charlot à toutes les sauces sociales ? Un soir à l’Orpheum, la scène que foula la vieille Sarah, Chaplin, pour se divertir, va retrouver son milieu d’origine, le music-hall. Il remarque qu’à la fin du numéro d’un danseur fantaisiste, celui-ci invite son fils à le rejoindre pour les saluts. C’est un gamin de cinq ans (l’âge qu’il avait lorsqu’il débuta sur les planches à Londres). Le « gosse » se met à faire quelques pas, il jette un regard entendu à la salle et il sort en faisant de grands gestes d’adieu. La salle le bissa, il volait le show à son père. Chaplin est ravi, il tient sa vedette, il trouvera son sujet. Il met sous contrat ce petit Jackie Coogan qui séduira toutes les mères et tous les amateurs de comédie et de drame car le futur cinéaste du Dictateur voit large, il inscrit au générique cette phrase inaugurale de l’œuvre mature : « Un film avec un sourire et peut-être une larme »…
 
    Jackie Coogan, qui joua cet enfant abandonné que le vitrier Charlot utilise pour casser des vitres, deviendra célèbre, sa beauté éclate à l’écran, il gagnera quatre millions de dollars que son père gardera par-devers lui et les dépensera sans vergogne. Un procès intenté par le fils en 1935 (14 ans après le tournage) force le père à lui « cracher » $126,000. Plus tard, Jackie Coogan jouera, dans ses cordes de kid, Oliver Twist, Tom Sawyer, Huckleberry Finn, il épousera Betty Grable puis il sera l’oncle Fétide (Uncle Fester) dans la série télévisée Family Adams. Il meurt d’une crise cardiaque à Santa Monica le 1er mars 1984, il n’y a pas si longtemps…
 
    On voit The Kid sur TFO le 12 novembre à 21 heures. Avec un sourire et peut-être une larme…
 
Robert Lévesque

Publier sur twitter Partager

Vos réactions (0)

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.