Format maximum

Premiers plans - un billet d'Helen Faradji

TOPS PAR DIZAINE

2009-12-17

    L'année s'achève. La décennie aussi. Partout, on ne cause que bilans et listes. Véritable joujou du cinéphile, l'exercice a forcément aussi emballé l'équipe de 24images.com qui s'est empressé de classer, chacun à sa manière mais tous dans la joie et la bonne humeur, les 5 moments les plus essentiels, sur écran ou dans la vie, de cette décennie cinéma.

    Mais comme le temps des fêtes ne serait rien sans cadeau, nous vous invitons aussi à nous livrer vos tops 5 de la décennie. Pour ce faire, rien de plus simple: laissez vos choix dans la boîte de commentaires située ci-contre (les réponses reçues par courriel ne seront pas admissibles). Parmi les réponses, et grâce à la généreuse collaboration de Fun Films Distribution, nous ferons tirer 5 DVD du superbe documentaire de Raymond Depardon, La vie Moderne. On vous gâte, profitez-en !

LES TOPS DE:

Robert Lévesque
1- L'humanité (1999) et Flandres (2006), de Bruno Dumont.
2- Beau travail (2000), de Claire Denis.
3- Full Blast (2001), de Rodrigue Jean.
4- Sarabande (2003), d'Ingmar Bergman.
5- La vie moderne (2008), de Raymond Depardon.

Eric Fourlanty
Les Arbres de Josh, de Peter Entell (2005, Suisse): un documentaire renversant et une vraie leçon de cinéma sur la filiation paternelle, la mémoire et la puissance des images.
La mala educación, de Pedro Almodovar (2004, Espagne: parce qu'aucun autre cinéaste n'évolue avec autant de grâce tout en creusant le même sillon.
Brokeback Mountain, d'Ang Lee (2006, É.-U.): l'histoire d'amour la plus bouleversante de la décennie, signée par un touche-à-tout de génie.
La Chambre du fils, de Nanni Moretti (2001, Italie): sobre et juste : le film le plus émouvant d'un cinéaste atypique, fin et puissant.
Before Night Falls, de Julian Schnabel (2000, É.-U.): le film, sur l'écrivain cubain Reinaldo Arenas, par lequel un grand peintre est devenu un cinéaste avec lequel il faut aujourd'hui compter.

Marcel Jean
1. Millenium Mambo (Hou Hsiao Hsien) et Elephant (Gus Van Sant): ou la déambulation comme rythme du nouveau millénaire
2. Still Life (Jia Zhang Ke) et Intervention divine (Suleiman): comment peut-on encore faire de la fiction?
3. La neuvaine (Émond) et Flandres (Dumont): ce qui reste du sacré
4. Ryan (Landreth) et Big Fish (Burton): quelques images au XXIe siècle
5. Les états nordiques (Côté) et Congorama (Falardeau): quelques directions pour le cinéma québécois

Fabien Philippe
Valse avec Bachir d'Ari Folman: un film essentiel de la décennie, autant pour le cinéma que pour la grande Histoire. Ari Folman ose un « documentaire d'animation » sur le terrible massacre de Sabra et Chatila, perpétué au Liban en 1982. Au final, le cinéaste israélien impose une construction narrative géniale et signe là un film coup de poing, entre passé et présent. 
Les décès d'Ingmar Bergman et Michelangelo Antonioni: le 30 juillet 2007 disparaissaient deux maestros du cinéma qui, des années 40 jusqu'au XXIème, ont inspiré plusieurs générations de réalisateurs et de cinéphiles. Avec eux, c'est un cycle important du cinéma qui prend fin.
Ouverture du Centre de Ressources Audiovisuelles du Cambodge: raviver l'histoire d'un pays si douloureuse soit-elle, consolider sa mémoire par la sauvegarde de son patrimoine audiovisuelle, telles sont les missions essentielles de cette institution voulue par le réalisateur Rithy Panh. Avec le centre Bophana, l'image devient maillon de la consolidation démocratique du Cambodge.
Le numérique: en bouleversant les modes de production et de diffusion, le numérique souffle sur les années 2000 et apporte autant son lot d'inquiétudes que d'innovations…
Le renouveau du cinéma roumain: ils s'appellent Mungiu, Puiu, Mitulsecu, Mitulescu, Porumboiu (et le déjà regretté Cristian Nemescu) et ont replacé la Roumanie sur la carte du cinéma mondiale. Avec humour et discernement, cette nouvelle génération de cinéastes pose un regard éclairé sur leur pays et son passé ceaucescien. Une belle promesse de fraîcheur venue de l'Est qui possède les talents et l'inventivité pour durer.

Juliette Ruer
Caché, Michael Haneke
Yi Yi, Edward Yang
Les glaneurs et la glaneuse, Agnès Varda
Dixième chambre, instants d'audience, Raymond Depardon
Papa à la chasse aux lagopèdes, Robert Morin

Bruno Dequen
L'explosion du DVD: bien entendu, rien ne remplace une belle projection en salle. Mais pour le cinéphile frustré n'ayant jamais bénéficié des avantages des grandes villes, pour l'étudiant en cinéma fatigué de détruire ses yeux en essayant de déceler la subtilité de la mise en scène toute en profondeur de champ d'un Renoir sur des copies 16mm ayant à peine survécu à plusieurs conflits armés, remercions le DVD!
Yi Yi (E. Yang)
I'm not There (T. Haynes)
Spirited Away (H. Miyazaki)
The Royal Tenenbaums (W. Anderson)
Elephant (G. Van Sant)
Paradoxalement, ces cinq films choisis ont pour point commun mon incapacité à exprimer concrètement la fascination qu'ils exercent sur moi. Les images suivantes ont marqué ma décennie : un jeune noir au chevet de Woody Guthrie sur fond de Blind Willie McTell, un ancien tennisman dépressif tentant de se suicider alors qu'Eliott Smith murmure Needle in the Hay, un enfant d'une sagesse inquiétante photographiant l'arrière des visages, un univers parallèle d'une imagination et d'une beauté sans limite dans lequel les esprits se méfient des humains, et enfin ces tracking shots qui nous réapprenaient à voir et à écouter.
 
Philippe Gajan
Inland Empire (D. Lynch): bien sûr! Le plus facile puisque chaque nouveau Lynch  fait passer le précédent comme son brouillon! Alors, imaginez, Mulholland Drive comme brouillon...
Flandres (B. Dumont): le film de toutes les guerres mais surtout pour laver toutes les images de guerre.
Fog of War - Eleven Lessons From Peter McNamara (E. Morris):de l'intelligence, de l'intelligence, encore de l'intelligence
Still Life (Zia Zhang-ke): le plus grand cinéaste de la transition
Tropical Malady (Apichatpong Weerasethakul): ou la légende de l'homme enfin au cinéma
Et un 6e! Le Soleil de Sokourov!

Helen Faradji
Mulholland Drive de David Lynch : un choc, envoûtant et déstabilisant, entre hommage au cinéma, dédales de la mémoire et puissance d'évocation. Qu'on a aimé se perdre dans ce film...
La découverte du cinéma d'Abdellatif Kechiche (La faute à Voltaire, L'esquive, La graine et le mulet) : un cinéma droit, honnête, généreux, direct héritier de Pagnol, Renoir, Pialat. Du cinéma qui va droit au cœur, sans détour
Keane de Lodge Kerrigan : un homme seul cherche sa fille dans une gare new-yorkaise. Damian Lewis, une caméra nerveuse, une sensibilité à fleur de peau : le cinéma dans toute sa puissance, dans toute sa justesse
Gus Van Sant : Elephant, Gerry, Last Days, Milk…l'œuvre se joue des genres et des frontières pour gagner une cohérence absolue : la grâce et la délicatesse d'un ange derrière une caméra
Le documentaire : Philibbert, Morris, Varda, Mograbi, Schroeder, Bonnaire, Marsh, Ferland, Brouillette, Toback, Gan, Moore et bien évidemment Depardon : le réel aura marqué avec force et intelligence ce début de siècle

A vous maintenant de nous livrer vos 5 moments de la décennie et de peut-etre gagner un dvd de La vie moderne du grand Raymond Depardon!

Bonne fin de décennie, bonne année et bon cinéma

Helen Faradji

Soyez des nôtres en 2010 à compter du 7 janvier!
 

Publier sur twitter Partager

Vos réactions (13)

  1. Voici mon top5, joyeuses fêtes, Nicolas Lévesque 1. Elephant, Gus Van Sant 2. No country for old men, Cohen brothers 3.Les glaneurs et la glaneuse, Agnès Varda 4. La vie moderne, Raymond Depardon 5. The white diamond, Werner Herzog

    par Nicolas Lévesque, le 2009-12-17 à 08h17.
  2. Bonjour, À chaud, sans trop y réfléchir longtemps (donc les coups de coeurs) Pour moi, la création du collectif Double négatif a été un moment particulièrement important, parce qu'il a redonner vie au cinéma expérimental à Montréal. Ensuite, des découvertes. Celle des films de Pedro Costa (Dans la chambre de Vanda, En avant jeunesse). Celle des films de Vincent Dieutre (particulièrement Fragment sur la grâce) Puis le retour sur les événements des années 1960-1970: United Red Army de Wakamatsu ou Les amants réguliers de Garrel. Enfin, Les éditions DVD des films du groupe Zanzibar par Re-Voir. D'heureuses découvertes à chaque fois de films mythiques trop souvent oubliés.

    par Pierre Rannou, le 2009-12-17 à 09h21.
  3. 1. 4 mois, 3 semaines et 2 jours 2. In the mood for love 3. Mulholland drive 4. Dancer in the dark 5. La neuvaine

    par Patrick Aubert, le 2009-12-17 à 11h50.
  4. Bonjour, voici mon top 5 de la décennie - L'Humanité (Bruno Dumont) - Werckmeister Harmonies (Béla Tarr) - Trilogie de l'errance : Gerry, Elephant, Last Days (Gus Van Sant) - Beau Travail (Claire Denis) - Distant (Nuri Bilge Ceylan) et d'autres... Lumière Silencieuse (Carlos Reygadas), Lost Song (Rodrigue Jean), Le fils (Frères Dardenne), Syndromes and A Century (weerasethakul), La Vie moderne (Depardon), Elle veut le chaos (Denis Côté).... etc....

    par Pierre-Luc Latulippe, le 2009-12-17 à 15h08.
  5. Difficile de trancher... Le top 5 est ma sélection de film internationale pour le concours, ce qui suit sont des sélections de films, d'ici et d'ailleurs, que j'ai également grandement appréciés. Voici mon top 5 de la décennie; Top cinq sélection film internationale: 1. Ne change rien, de Pedro Costa. 2. La Merditude des choses, un film de Felix Van Groeningen. 3. La vie moderne (2008), de Raymond Depardon. 4. Behind Jim Jarmush, de Léa Rinaldi. 5. Méridith Monk: Inner Voice de Babeth M. Vanloo *** Extra_IBIB: La découverte du cinéma d’Abdellatif Kechiche (La faute à Voltaire, L’esquive, La graine et le mulet) & le film italien Gomorra de Matteo Garrone Top cinq sélection film Québécois/ Canadien: 1. La Mémoire des Anges, de Luc Bourdon. 2. La donation, de Bernard Émond. 3. Polytechnique, de Denis Villeneuve. 4. Homme à louer, de Rodrigue Jean. 5. Nuage sur la ville de Simon Galiero. Top cinq sélection film Américain (liste incomplète*): 1. Interview project, de Austin Lynch et Jasun (David Lynch.com). 2. RISEUP, de Luciano Blotta.

    par Laurence-Amélie Montpetit, le 2009-12-17 à 15h12.
  6. Voici le miens. 1. Elephant – Gus Van Sant 2. Caché – Michael Haneke 3. I’m not there – Todd Haynes 4. Wall-e – Andrew Stanton 5. 4 mois, 3 semaines et 2 jours – Cristian Mungiu Chef d'oeuvre hors compétition: Citizen Toxie: The Toxic Avenger 4 – Lloyd Kaufman

    par Nicolas, le 2009-12-17 à 15h30.
  7. 1. Stellet Licht - Si Dieu existe. 2. Sugar - Ce que le cinéma américain ne sait plus faire. 3. Wall-E - Le sommet de la courbe Pixar (attendez de voir) 4. Collateral - Les années 2000 quelqu'un. 5. Fog of War - Tout à coup, la fiction nous semble caduque.

    par Jason B., le 2009-12-17 à 15h36.
  8. Vite comme ça je dirais: 1- Spirited Away 2- In the mood for love 3- Elephant 4- Contre toute espérance 5- Congorama Mais j'aurai sans doute un avis différent demain (le choix étant énorme!)

    par Julie, le 2009-12-17 à 22h38.
  9. Et pour un top 5, ma foi, très étrange... 1. The New World, 2. Miami Vice, 3. Elephant, 4. Howl's Moving Castle, 5. Let The Right One In

    par Charles, le 2009-12-19 à 13h53.
  10. mon préféré, négligé des tops de la décennie, saraband de ingmar bergamn. 2-last days de gvs 3-bloody sunday, qui au début du millénaire, aurait gagné à être vu par certains. 4-tiro en la cabeza, encore introuvable ici. 5-la forêt de mogari. cinéastes de la décennie: gvs, haneke, les dardenne et bernard émond à la maison. mention à james gray.

    par rafaël ouellet, le 2009-12-19 à 18h14.
  11. 1- Caché: Michael Haneke 2- Last days: Gus Van Sant 3- Flandres: Bruno Dumont 4- Hunger: Steve McQueen 5- 2046: Wong Kar Wai

    par Jacques, le 2009-12-19 à 21h14.
  12. voici très rapidement: 1- Caché de Haneke 2- Mulholland Drive de Lynch 3- 3-iron de Ki-Duk Kim 4- Elephant de Van Sant 5- Les États Nordiques de Côté

    par Eloi, le 2009-12-21 à 00h32.
  13. Les voici, ils ne sont pas en ordre, c'est déjà assez difficile d'en choisir que cinq... *4 Months, 3 Weeks, and 2 Days * Still Life *No Man's Land *Turtles can fly *Waltz with Bachir

    par Patricia Bergeron, le 2009-12-21 à 12h11.

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.