Format maximum

Plateau-télé

EN ATTENDANT LE MAÇON - par Robert Lévesque

2010-03-11

    Je n’ai pas vu ce film dont je vais vous parler. Nous allons donc le voir ensemble, si vous le désirez. Ce n’est pas que je vous le recommande, évidemment, mais je vous le suggère, disons… Ça se passera sur TFO le 18 mars à 21 heures (la case chérie des cinéphiles en pyjama) avec la projection de L’Après-midi de monsieur Andesmas, le film que Michelle Porte signa en 2004 en adaptant (fidèlement, nous dit-on) le roman ainsi nommé de Marguerite Duras. Son roman de 1961 (après Dix heures et demie du soir en été, avant Le ravissement de Lol V. Stein, en une période hésitante, elle a 39 ans), un récit plutôt qu’un roman, qui lui était venu de la vue d’une maison isolée sur une colline entre Saint-Tropez et Gassin…
 
    Elle n’acheta pas la maison (ce qu’aurait fait une Sagan), mais elle construisit une histoire autour d’elle, qui sera une histoire d’attente, un vieil homme est assis sur la galerie de la maison, il va attendre un après-midi durant, jusqu’à ce que la noirceur tombe, un homme, un maçon, qui ne viendra pas (Godot dites-vous ?, ouais, c’était gênant et osé, huit ans après la création du chef-d’oeuvre de Beckett, d’écrire l’histoire d’un attendu qui n’arrive pas, mais bon…, Duras, elle faisait ce qu’elle voulait, et basta !). Son vieil homme, il attend cet ouvrier qui doit construire une terrasse à la maison qu’il a acheté pour sa fille Valérie, le seul être qu’il aime ; mais ce n’est pas tant le maçon qui pose le lapin, c’est sa fille (qu’on ne verra jamais) qui – il le devinera – file avec ce Pozzo de la truelle (mais ne racontons pas tout puisque Duras elle-même ne raconte pas tout).
 
    Il appert que des films n’arrivent jamais dans nos salles de cinéma (même s’il est joué, comme celui-ci, par des pointures : Michel Bouquet et Miou-Miou) et c’est la télé qui assure, qui récupère et nous refile les invendus. Même à la Cinémathèque (j’ai vérifié) on ne trouve pas ce Duras par la Porte, ce Marguerite par Michelle (l’intérêt est sans doute là) car ces deux femmes étaient copines comme cochonnes. Michelle Porte a signé le documentaire télé Les lieux de Marguerite Duras (la rue Saint-Benoît, les Roches-Noires à Trouville, le refuge à Neauphle-le-Château), elle a été l’assistante de Duras sur Baxter,Vera Baxter en 1976 et c’est elle qui mène l’entretien publié chez Minuit en complément du texte de Le Camion. Ajoutons qu’elle a signé un portrait de Madeleine Renaud (La dame d’Orsay), cette comédienne d’exception qui joua Duras à la scène, Savannah Bay ayant été écrit pour elle, et L’amante anglaise que j’eus le plaisir inoubliable de voir (Renaud à l’œuvre, magie d’une présence) à la salle Octave-Crémazie du Grand Théâtre de Québec (un des sommets dans ma vie de critique de théâtre).
 
    Alors, Michel Bouquet, monsieur Andesmas, attend. Quand on connaît ce comédien, d’exception lui aussi comme la regrettée Renaud, on sait que le moins qu’il puisse faire est déjà le mieux que l’on puisse saisir. Du génie d’acteur (je l’ai vu jouer Pozzo dans le Godot d’Otomar Krejca en Avignon avec Rufus et Georges Wilson en Didi et Gogo !) produisant du sens de sa seule présence. Miou-Miou, actrice pas piquée des vers non plus, joue dans ce film la femme du maçon qui viendra dire à monsieur Andesmas que son mari viendra plus tard, que son mari viendra…, dans quelques minutes… J’imagine que Duras comptait beaucoup sur ces deux-là pour que le charme joue…, tonalité neutre, intensité distanciée, texte plus récité que vécu… On verra ! Vous m’en donnerez des nouvelles !
 
    Pourquoi son nom d’Andesmas dans Gassin désert ? La clé nous a été donné par Laure Adler (mais on avait qu’à la trouver !) dans sa biographie de Duras (Gallimard, 1998). Il s’agit de la contraction des noms de ses trois hommes d’alors : An (telme) pour Robert son premier mari, des (Forêts) pour Louis-René l’écrivain ami, et Mas (colo) pour Dyonis le second mari, le père d’Outa, l’héritier…
 
    Bonne chance !
 
    Ce film ouvrait la Semaine de la critique à Cannes en 2004.
 
Robert Lévesque

Publier sur twitter Partager

Vos réactions (0)

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.