Format maximum

Blogues

UN TOUT PETIT MONDE : EN DIRECT DE ZAGREB ET ANNECY 7 – par Marcel Jean

2010-06-12

    Chaque année, Annecy rend hommage à un pays. On a récemment eu l’Inde, le Canada, la Belgique et le Luxembourg. Cette année, l’Argentine est à l’honneur. Vendredi soir, les Argentins offraient donc une grande fête, dans un bowling aux allures de discothèque. Empenadas, dulce de leche, tarte au citron et à la meringue, vin au tonneau et bière étaient au menu. En prime, pour faire descendre le tout, des leçons de tango et des parties de grosses quilles. Cette dernière activité sur fond de musique rock, ce qui a amené Marco de Blois à s’interroger : peut-on jouer aux quilles sur du Nirvana? Cette soirée permettait aussi aux festivaliers de digérer le niveau de la compétition de courts métrages, l’un des plus faibles (sinon le plus faible) de l’histoire récente du festival. Petite année à Cannes, petite année à Annecy… Où va le cinéma?

    Les programmes quatre et cinq de la compétition n’ont en effet rien arrangé. Quelques films corrects (No Sleep Won’t Kill You du Croate Marco Mestrovic; J’ai encore rêvé d’elle du Français Geoffroy Barbet Massin; Teclopolis de l’Argentin Javier Mrad…)  et un film important (Love & Theft d’Andreas Hykade) dans un bassin de films gentillets, infantilisants, voire même anesthésiants.

    Avec pour résultat que le jury n’aura pas grand-chose pour constituer un palmarès. À peine une petite poignée de vraies réussites : Love & Theft donc, Hand Soap du Japonais Kei Oyama, Les journaux de Lipsett de Théodore Ushev, Esterhazy d’Izabela Plucinska, The Lost Thing d’Andrew Ruhemann et Shaun Tan… Pas très loin derrière, Logorama du collectif H5. Mais à voir ce qui se dessine ici, ces films pourraient bien être coiffés au poteau par Angry Man de la Norvégienne Anita Killi , que je n’apprécie guère mais qui cristallise la tendance lourde de la programmation.

    Du côté du prix de la première œuvre, ça devrait se jouer entre  deux films français : Logorama de H5 et Jean-François, de Tom Haugomat et Bruno Mangyoku. Dans la catégorie long métrage, on souhaiterait que le jury ait le courage d’aller du côté de Piercing 1, du Chinois Liu Jian, mais il est plus probable que Fantastic Mr Fox de Wes Anderson ou Summer Wars de Mamoru Hosoda soit couronné.

Marcel Jean

Publier sur twitter Partager

Vos réactions (1)

  1. Je confirme qu'il est possible de jouer aux quilles sur du Nirvana.

    par Marco de Blois, le 2010-06-14 à 07h59.

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.