Format maximum

Blogues

BLOGUE DU FNC 11 – par Marcel Jean

2010-10-24

CE N’EST PAS FINI TANT QUE CE N’EST PAS FINI

    Le FNC a ceci de particulier que sa soirée de clôture a lieu le samedi, mais que les projections se poursuivent le dimanche. Ainsi, on a pu voir hier soir le film de clôture, Curling de Denis Côté, alors que la seule projection d’Uncle Boonmee Who Can Recall His Past Lives, d’Apichatpong Weerasethakul, la plus récente Palme d’or cannoise, aura lieu ce soir à 19h15, à l’Impérial. Une jolie façon de finir après tout le monde! En fait, vous pouvez même prolonger le plaisir encore un peu plus avec Monsters, le film d’extraterrestres de l’Anglais Gareth Edwards, à 21h45, toujours à l’Impérial.

    Salle pleine, donc, hier soir pour le long métrage très attendu de Denis Côté, qui flirte avec le mystère et la comédie et dont la maîtrise lui a valu le prix de la mise en scène au dernier festival de Locarno. Une œuvre singulière construite autour de quelques personnages marginaux, dont un homme qui élève sa fille de 12 ans en dehors du monde, personnage interprété avec beaucoup de conviction par Emmanuel Bilodeau, lui aussi primé à Locarno. Curling, film doté d’une fin lumineuse quoique énigmatique puisque rien n’y est résolu, pourrait donc marquer un tournant dans la relation, jusqu’ici teintée d’indifférence, entre le public québécois et le cinéma de Denis Côté. On le saura dans quelques semaines, car le film doit sortir début novembre. Restera ensuite à savoir combien de temps le Gala des Jutra va pouvoir continuer à faire comme si Côté n’existait pas…

    Avant la projection de Curling, hier soir, on a procédé à la remise des prix du festival. La Louve d’or du long métrage est allée à Année bissextile, film mexicain de Michael Rowe, déjà auréolé de la Caméra d’or de Cannes (le film repasse ce soir à 19h45, au Quartier latin). Quant au prix de l’innovation, il a été remis à Le quattro volte de l’Italien Michelangelo Frammartino, à propos duquel André Roy a écrit le plus grand bien dans son blogue il y a trois jours. L’Association québécoise des critiques de cinéma, de son côté, a remis son prix à Jo pour Jonathan de Maxime Giroux.

    Du côté des courts métrages, c’est l’excellent Divers in the Rain, des Estoniens Priit et Olga Pärn, déjà grand prix à Zagreb en juin dernier, qui a remporté la Louve d’or (le film fait partie du programme Sombres fictions, qui rejoue ce soir à 17h00 à la Cinémathèque québécoise).  Dans la section canadienne Focus, Oliver Sherman de Ryan Redford a été primé pour les longs métrages, tandis que  Sophie Lavoie d’Anne Émond et Jonathan et Gabrielle de Louis-Philippe Eno ont été primés pour les courts métrages (mais ce n’est pas un ex aequo, ont tenu à préciser sur scène les membres du jury soudainement pris d’un excès de rhétorique fumeuse).  On a encore remis quelques autres prix, mais pour ceux-là je vous renvoie au site du festival, où on se décidera sans doute un jour à les annoncer (Curieusement, ce matin, la liste des gagnants n’était toujours pas en ligne. C’est mauvais ça! Quand on a la prétention d’être branché, il faut assumer!).

    Aussi au programme aujourd’hui, le documentaire choc de Luc Côté et Patricio Henriquez Vous n’aimez pas la vérité : 4 jours à Guantanamo  a droit à une projection supplémentaire à l’Impérial, à 13h20; tandis que l’excellent White Material de Claire Denis est projeté une dernière fois au Quartier Latin, à 14h45.

Marcel Jean

Publier sur twitter Partager

Vos réactions (0)

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.