Format maximum

Nouvelles

Neuf films canadiens dans le palmarès des 50 meilleurs courts d'animation depuis 1960!

2010-12-14

    Pour célébrer son 50e anniversaire, l'Association internationale du film d'animation (ASIFA) a demandé à 25 experts, originaires de 18 pays, de dresser la liste des 50 meilleurs courts métrages d'animation depuis 1960. C'est le film tchèque Les possibilités du dialogue (1982) de Jan Svankmajer, qui arrive en tête de liste, devant tout juste Le conte des contes (1979) du Russe Yuri Norstein. Au troisième rang, on trouve un autre film tchèque, La main de Jiri Trnka, au quatrième, le film polonais Tango (1980) de Zbigniew Rybczynski, et au cinquième le film britannique Street of Crocodile (1986) des frères Quay

    L'Office National du Film du Canada fait très belle figure dans ce palmarès avec huit titres: La rue (1976) de Caroline Leaf au 9e rang, Ryan (2004) de Chris Landreth au 10e rang, Pas de deux (1968) de Norman McLaren au 12e rang, When the Day Breaks (2000) de Wendy Tilby et Amanda Forbis au 17e rang, La faim (1974) de Peter Foldès au 20e rang, The Big Snit de Richard Condie au 21e rang, Entre deux soeurs (1990) de Caroline Leaf au 29e rang et Le paysagiste (1976) de Jacques Drouin au 41e rang. Un neuvième film canadien, L'homme qui plantait des arbres (1987) de Frédéric Back, produit par Radio-Canada, figure en 7e place.

    Au total, c'est donc neuf courts métrages canadiens qui se retrouvent dans cette liste, ce qui fait du Canada le pays le plus cité. La Grande-Bretagne suit avec sept titres (plus une coproduction tripartite), la Pologne avec six, la République tchèque avec quatre.

Publier sur twitter Partager

Vos réactions (2)

  1. Les cinq premiers titres indiquent l'influence profonde que peut avoir encore aujourd'hui l'animation d'Europe de l'Est (Street of Crocodiles, une production britannique, étant hanté par le travail de Starewitch et Svankmajer, tout en étant adapté d'une nouvelle du Polonais Bruno Schulz).

    par Marco de Blois, le 2010-12-14 à 17h50.
  2. Juste. Mais il faut dire que sur les 25 experts, 8 provenaient d'Europe de l'est et 4 de Grande-Bretagne, soit au total la moitié des voteurs. Un seul Canadien par contre, ce qui indique le rayonnement de l'ONF à l'étranger. Le résultat est d'autant plus réjouissant pour l'ONF que deux films qui y ont été réalisés au cours de la décennie figurent dans la liste, qui au total ne compte que six films produits depuis 2000 (donc le tiers de ces films proviennent de l'ONF). La vitalité de l'organisme fédéral dans ce domaine est donc encore une fois reconnue.

    par Marcel Jean, le 2010-12-15 à 18h12.

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.