Format maximum

Blogues

CANNES 2011: QUE VOIT-ON VENIR? - par Marcel Jean

2011-03-03

    Le festival de Berlin terminé, voilà qu’on braque les yeux sur Cannes. Dans un peu plus de deux mois, Carla Bruni, Adrien Brody et Owen Wilson monteront le grand escalier pour l’ouverture du prestigieux événement dont le jury sera cette année présidé par Robert de Niro. On sait déjà, en effet, que Midnight in Paris de Woody Allen aura l’honneur de la première projection. Quant au reste, l’heure est encore aux spéculations…

    Si l’an dernier l’affiche n’était guère alléchante, celle de 2011 semble déjà plus prometteuse, alors qu’on attend une belle brochette d’Européens : Nanni Moretti (Habenus Papam, avec Piccoli en pontife), la fratrie Dardenne (un film avec Cécile de France), Lars Von Trier (Melancholia, avec Kirsten Dunst et Charlotte Gainsbourg), Aki Kaurismaki (Le Havre, avec Jean-Pierre Léaud), Pedro Almodovar (La peau que j’habite, avec Antonio Banderas), Andrea Arnold (Wuthering Heights), Lynne Ramsay (We Need to Talk about Kevin), Paolo Sorrentino (This Must Be the Place, avec Sean Penn), Ulrich Seidl (Paradise) et Alexandre Sokurov (Faust) sont dans le groupe de tête des candidats à la compétition.

    Du côté des Américains, plutôt absents l’an dernier, on parle bien entendu de Terrence Malick et de son Tree of Life, qu’on annonce depuis déjà deux ans (rien d’inhabituel chez cet orfèvre). Mais voilà que des rumeurs courent maintenant à propos du dernier Gus Van Sant (Restless) qui devait sortir le 28 janvier, mais qui est toujours inexplicablement à l’abri des regards (la bande annonce est visible depuis octobre, toutefois). Le jeune Antonio Campos, qui termine Simon Killer, devrait se trouver une niche dans l’une ou l’autre des sections. Quant à Johnny Depp, on voit mal comment Cannes se priverait de son documentaire sur Keith Richards, s’il est terminé.

    Le Brésilien Walter Salles peaufine actuellement son adaptation de Sur la route de Jack Kerouac. Sauf catastrophe, le film devrait être de la fête. Le Mexicain Carlos Reygadas a tourné, cet automne, Post Tenebras Lux. Si c’est prêt, cela ressemble à un bon ticket. Toujours de ce côté-ci de l’Atlantique, David Cronenberg semble avoir la voie ouverte avec A Dangerous Method, sur la relation entre Sigmund Freud (Viggo Mortensen) et Carl Jung (Michael Fassbender). On raconte que Café de Flore de Jean-Marc Vallée ne sera pas prêt et que, de toute façon, le film ne correspondrait pas à la sensibilité cannoise. Étant donné que C.R.A.Z.Y. a connu le succès que l’on sait sans le tremplin d’un grand festival, on ne s’en fait pas trop. Enfin, l’Uruguayen Adrian Caetano travaille à Mala, mais on n’en sait pas plus.

    Du côté des Asiatiques, les Japonais se pressent au portillon. Hirokazu Kore -Eda mettrait la dernière main à Kiseki, Shinji Aoyama aurait conclu le tournage de Tokyo Kouen et Hitoshi Matsumoto aurait en post-production un film dont on ne connait pas le titre. À Hong-Kong, Johnnie To et son complice Ka Fai-Wai ont terminé Don’t Go Breaking My Heart, qui n’était pourtant pas à Berlin. Le Chinois Lou Ye achèverait Love and Bruises avec Tahar Rahim et Jalil Lespert. On ne sait pas exactement où en est le Philippin Brillante Mendoza avec Captured qu’il tourne avec Isabelle Huppert, mais c’est un bon candidat. Un voile de mystère flotte autour de l’état d’avancement des projets de Wong Kar Wai (Grandmasters) et de Hou Hsiao Hsien. Après la Palme d’or de l’an dernier pour Apichatpong Weerasethakul, on peut s’attendre à ce qu’un autre film thaï soit présenté sur la Croisette. Si c’est le cas, le plus récent film de Pen-Ek Ratanaruang est un solide prétendant.

    Au Moyen-Orient, le Kurde Hiner Saleem a terminé Si tu meurs, je te tue, mais la sortie du film est annoncée pour la fin mars en France. Le Turc Nuri Bilge Ceylan, un habitué de Cannes, travaille de son côté à Il était une fois en Anatolie. Un autre solide prétendant à la compétition.

    Chez les Français, les candidats sont nombreux. Le plus probable est Mathieu Kassovitz avec L’ordre et la morale, sur la prise d’otages d’Ouvéa, en Nouvelle-Calédonie. Du potentiel à scandale et un enchainement logique après le succès de Des hommes et des dieux de Beauvois l’an dernier. Ensuite on annonce Bertrand Bonello (L’apollonide), Virginie Despentes (Bye Bye Blondie) et Philippe Garrel (Un été brûlant). Pas triste! Dominik Moll termine Le moine, avec Vincent Cassel, Géraldine Chaplin et Sergi Lopez. Prometteur! Mia Hansen Love devrait finir Un amour de jeunesse à temps, tandis Pierre Schoeller devrait aussi avoir complété L’exercice de l’état. Joann Sfar, porté par la réussite de Gainsbourg (Vie héroïque), termine actuellement le dessin animé Le chat du rabbin, alors que le tandem de Persepolis, Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud, devrait avoir complété Poulet aux prunes. Quant à Bruno Dumont, il a tourné L’empire, mais on n’en sait guère plus…  Enfin, on dit que Raymond Depardon aurait quelque chose à montrer…

    Du côté du Québec et du reste du Canada, une fois Cronenberg considéré probable et Vallée mis de côté, on trouve deux autres candidats sérieux : Bashir Lazhar de Philippe Falardeau, s’il est prêt évidemment (le film a été tourné à l’été 2010) et Take this Waltz de Sarah Polley (Away from Her). D’ailleurs, on sait que l’actrice et réalisatrice travaille aussi à un documentaire autobiographique dont on dit le plus grand bien.

    On sait que Laurentie de Simon Lavoie et Mathieu Denis sera prêt à temps, mais cela demeure un outsider pour la Quinzaine des réalisateurs. Marécages de Guy Édoin sera prêt et devrait être soumis à la Semaine de la critique, tout comme Nana Mesnak, les adieux de la tortue d’Yves Sioui Durand. Côté courts métrages, deux productions de l’ONF pourraient se faufiler : The Wild Life de Wendy Tilby et Amanda Forbis (Palme d’or du court métrage en 1999 pour When the Day Braks) et Muybridge’s Strings de Koji Yamamura, une coproduction avec le Japon.

Marcel Jean

Publier sur twitter Partager

Vos réactions (0)

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.