Format maximum

Blogues

24 IMAGES À ANNECY - JOUR 2 - par Marcel Jean

2011-06-07

LA FIN DU MONDE EST PROCHE

    Laurent Million nous avait prévenu: la sélection 2011 fait une large place à la mort et aux instincts guerriers. Le premier programme de la compétition officielle de courts métrages n'a pas tardé à lui donner raison avec six films sur huit mettant en scène l'apocalypse. Une fin du monde explosive chez l'Italien Blu (Big Bang Big Boom), léthargique chez les Suisses Claudio Gentinetta et Frank Braun (Sommeil), ludique chez le Français Patrick Jean (Pixels) et graphique chez le Suédois Erik Rosenlund (Sudd), pour ne nommer que les quatre meilleurs films de la séance. Une séance qui sans être inoubliable est apparue d'assez bonne tenue, à l'exception d'un film russe, adaptation de Pouchkine (Snowstorm de Maria Mouat) racontant une histoire d'amour compliquée dont on se fiche un peu, beaucoup, passionnément. Premier film canadien en compétition, Don't Tell Santa Your Jewish, de la Vancouveroise Jody Kramer, est un très court film charmant, reposant sur un graphisme simple et un récit plein d'humour. Le jury, composé cette année de trois solides cinéastes (l'Américain PES, la Portugaise Regina Pessoa et la Polonaise Aleksandra Korejvo) n'a probablement pas trouvé son Grand prix aujourd'hui, mais il a au moins déjà de quoi discuter. Quoique le dispositif brillant mis en place par Patrick Jean - qui filme la destruction de New York par des jeux vidéos - a dû beaucoup plaire à PES, le réalisateur de Roof Sex et de Western Spaghetti.

    La bonne surprise de la journée est venue de la compétition de films de fin d'études. Il s'agit de Serenade, du Coréen Han Bit Lee, récit mélancolique sur la quête et l'oubli sur fond d'urbanité agressante. D'un graphisme soigné et profondément original, ce film se distingue aussi par l'étonnante maitrise narrative dont fait preuve le jeune cinéaste, qui parvient à créer un univers dense et cohérent, théâtre d'une science-fiction poétique troublante. Toujours dans la section de films d'étudiants, Loom des Allemands Ilija Brunck, Jan Bitzer et Csaba Letay présente, avec un très haut degré de réalisme et de virtuosité technique, la mise à mort d'un papillon de nuit par une araignée. Comme l'histoire est présentée du point de vue de la proie, ça glace le sang!

    Quelques mots à propos de la soirée d'ouverture, événement couru autant par les notables locaux que par les festivaliers. Comme les États-Unis sont à l'honneur cette année, on nous a préparé un bouquet de courts métrages récents produits par les gros studios: Disney, Pixar, Warner, Blue Sky. On a donc vu, entre autres, les personnages de Toy Story dans Hawaiian Vacation ainsi que trois nouveaux épisodes, très drôles et en relief, des aventures de Wile E. Coyote et du Road Runner. La projection d'une magnifique copie de Flowers and Trees, le court métrage oscarisé de Disney datant de 1932, quelques minutes avant celle de La ballade de Nessie, le tout récent court métrage produit chez Disney, a mis en évidence le peu d'inspiration de la nouvelle production. Une soirée légère.

    Marcel Jean

Publier sur twitter Partager

Vos réactions (0)

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.