Format maximum

Plateau-télé

PASSÉ CAMAÏEU - par Robert Lévesque

2012-11-15

    J’allais cogner un clou devant la télé lorsqu’une musique, me réveillant en douce, me ramena  loin en arrière en plein dans le cinéma (est-il oublié ?) d’Albert Lamorisse; c’était Le ballon rouge, un gamin qui grimpe sur un réverbère où la corde d’un ballon carmin s’est enroulée, il le libère et va continuer sa route en tenant bien la corde; il dévale les escaliers de la butte, il a six ans, il s’en va à l’école et le ballon si rouge perce la grisaille de Ménilmontant où l’histoire va se dérouler...

    Est-ce que je dormais un brin ou est-ce que je m’émerveillais encore en entrant sous le charme de ce cinéma d’antan, le cinéma dit poétique, le cinéma que Lamorisse en son temps destinait aux enfants, quand les enfants n’avaient d’autres jeux que ballons, trottinettes et cerfs-volants, marelle et mistral gagnant ? Dans les années cinquante du siècle d’avant l’électronique actuel. Chez les enfants nés juste après la guerre et qui allaient avoir vingt ans en mai 1968. Ma génération, en somme, qui venait me hanter au bord de la nuit avec ce ballon rouge, ce gamin sage, cette musique délicate (de Maurice Le Roux), ces images d’Edmond Séchan, ce Paris si gris d’un passé camaïeu que j’avais tant adopté depuis mes premiers amours cinématographiques.

    Soudain, donc, à la télé, une nuit de 2012, je dévalais à nouveau les escaliers de la butte avec ce gamin en pèlerine, son ballon rouge libéré mais, le temps de l’apprivoiser, tenu en laisse comme un soleil de fraise ou de cerise; puis le ballon abandonné sur le seuil du magasin quand le gamin entre chez le pâtissier pour un pain au chocolat; mais il l’attendra son gamin, le ballon, et il le suivra de haut, jusqu’à ce que d’autres gamins, des voyous, s’en emparent et que le drame éclate quand l’un d’eux, d’un coup de godasse, le fait éclater au sol. Qu’arrivera-t-il ? Tous les ballons de la ville sortiront des chaumières, s’envoleront pour venir consoler l’écolier qu’en grappe solidaire ils emmèneront très haut dans le ciel de Paris...

    J’ai mis un temps à m’endormir vraiment après cet extrait du Ballon rouge (palme d'or du court métrage à Cannes en 56), car je n’en avais vu qu’un extrait (10 des 35 minutes), apparu comme en rêve dans ce créneau d’archives qu’est l’indispensable Classic Arts Showcase que l’on diffuse passé minuit sur PBS à tous les soirs. Des trésors. Des curiosités. Un soir la Callas quand elle tue Scarpia. Un  autre lorsqu’en gala d’adieu une basse russe chante l’air de Boris Godounov debout à plus de 90 ans. Ou la dernière scène de Brief Encounter de David Lean, le train qui part..., la femme qui reste.

    Dans Le ballon rouge, j’ai pu remarquer sur un des murs de Paris deux affiches de cinéma des années cinquante, La maîtresse de fer de Gordon Douglas avec Alan Ladd et Virginia Mayo (1952), puis O Cangaceiro, ce superbe film brésilien de Lima Barreto qui mettait en scène des bandits cruels qui avaient du coeur, l’un d’eux affrontant son chef et se sacrifiant pour sauver la femme qu’il aimait...  De ce film pour adultes, tous les amoureux de l’époque retinrent longtemps une magnifique chanson, Olé muié rendeira, que chantait une star aujourd’hui oubliée du nom de Vanjo Orico...

    Quant à Albert Lamorisse, dont le chef-d’oeuvre en 1953 fut Crin-blanc, où un jeune braconnier camarguais apprivoisait un étalon, mais faisait face à la méchanceté des hommes (ballon rouge, étalon blanc, même combat), il fut à mon avis le meilleur cinéaste pour enfants que l’on puisse imaginer (si tant est que nous sommes tous des enfants devant un écran), mais il est mort en 1970 à 48 ans dans l’écrasement d’un hélicoptère lors d’un tournage au lac de Karadj en Iran.

    N’oubliez pas, passé minuit sur PBS, Classic Arts Showcase...

Robert Lévesque

Un extrait du Ballon rouge

Publier sur twitter Partager

Vos réactions (1)

  1. Maurice Le Roux...Maurice Le Roux...? Oui, Kamouraska...Claude Jutra,,,oui...oui...l'eau de vie de Houx dans des verres de cristal...!!! Quel souvenir!

    par Jean Antonin Billard, le 2012-11-15 à 07h37.

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.