Format maximum

Premiers plans - un billet d'Helen Faradji

LA SEMAINE EN CHIFFRES

2012-12-06

    Cette semaine, c’est par les chiffres que nous arpenterons le merveilleux territoire cinéma, pour mieux y papillonner d’une nouvelle à l’autre. Et s’affoler de ce que l’on y a trouvé.

82
C’est le nombre de bougies soufflées par Jean-Luc Godard, un des derniers, au cours de la semaine.

3 et 0
3, c’est le nombre de prix remis à Zero Dark Thirty, relatant la traque de Ben Laden et signé Kathryn Bigelow (meilleurs film, réalisatrice et direction photo) et au biopic Lincoln de Steven Spielberg (meilleurs scenario, acteur et actrice de soutien) par le cercle des critiques de New York, qu’on a franchement connu plus inspiré au cours des années. Et 0, le nombre de prix remis au magnifique et inspiré Beasts of the Southern Wild de Benh Zeitlin. Des nombres qui laissent présager la couleur des prochains Oscar, et qui, avouons-le, n’ont pas de quoi réjouir.

33.4 millions de dollars
Comme le nombre de beaux billets verts ramenés à la maison par le documentaire anti-Obama, 2016 de Dinesh D’Souza. Mais surtout un montant qui sert de seul et unique argument au producteur de la chose, Gerald Molen qui, dans un exercice de rhétorique digne des plus belles envolées de M. Guzzo, soutient que l’Académie des Oscar a choisi les finalistes à la statuette du meilleur documentaire avec un biais politique. En effet, 2016 ayant ramassé plus d’argent que les 15 films retenus dans la short list, il aurait, aux yeux du producteur et du réalisateur, aussi du avoir sa place dans cette dernière. Si le film gagne de l’argent, il doit être bon et mérite donc de passer à la postérité. CQFD. « By ignoring 2016, the top performing box-office hit of 2012, and pretending that films like Searching for Sugar Man and This Is Not a Film are more deserving of an Oscar, our friends in Hollywood have removed any doubt average Americans may have had that liberal political ideology, not excellence, is the true standard of what receives awards » a ajouté le cinéaste. Clair comme de l’eau de roche…

12
Comme le nombre de questions posées par le producteur Ted Hope (The Ice Storm, Happiness, American Splendor, A Dirty Shame….) sur son site, concernant le futur des festivals de films. Non pas pour en stigmatiser tels ou tels aspects, non pas pour faire son malin, mais bien pour enclencher ce qu’il désire être un brainstorm virtuel géant qui permettrait aux festivals de prendre encore plus d’envergure. Parmi ces questions qui nous occuperont assurément en 2013 : « Comment transformer les jeunes en amoureux sincères et dévoués du cinéma ? » ou encore « Quelle définition, la plus large possible, donner au film ».

37
En %, le nombre de cinémas à l’échelle de la planète qui, à la fin de 2012, utilisaient et étaient encore en mesure de projeter des films en 35mm, selon le rapport du IHS Screen Digest Cinema Intelligence Service, rendu public sur Wired. En 2015, on estime que ce nombre sera tombé à 17%...

10 à 20
Toujours en %, le nombre, selon l’estimation faite par l’Association nationale des propriétaires de salles de cinéma aux États-Unis, et rapportée par Variety, de salles de cinéma incapables d’assumer les coûts de la conversion de leurs équipements au numérique et qui fermeront probablement leurs portes d'ici les prochains mois…

Bienvenue dans le monde de demain

Bon cinéma…

Helen Faradji

Publier sur twitter Partager

Vos réactions (0)

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.