Format maximum

Nouvelles

HÉLÈNE LOISELLE: VRAIE

2013-08-08

    Alors que nous apprenions aujourd'hui le décès d'Hélène Loiselle, comédienne sensible et d'une élégance rare ayant notamment marqué de sa présence Les Ordres, Mon Oncle Antoine, Réjeanne Padovani, La maudite galette ou Mariages, nous republions ici un extrait du portrait que faisait d'elle Stéphane Lépine dans le numéro 124 de la revue 24 Images


    "Vérité, présence, compréhension de la fragilité humaine, tout cela peut se lire à l’écran lorsque Hélène Loiselle y apparaît, elle dont le destin est inséparable de l’histoire de notre cinéma. Hélène Loiselle la traverse en effet depuis les années 1950 jusqu’à ce jour sans que jamais l’actrice soit devenue une icône ou l’une de ces étoiles filantes dont on utilise l’aura passagère pour faire mousser un produit ou vendre un objet hasardeux ou bâclé. En cinquante ans de cinéma, celle qui a immortalisé au théâtre quelques-uns des plus grands rôles de femmes créés par Tremblay, Marie-Lou et Albertine en tête, aura joué tous les personnages possibles, mère courage et mère dépossédée, mère fantôme ou bigote, femme campagnarde ou urbaine, militante et résistante avec, toujours, une passion réelle, mais sans emphase ni ostentation. Une trajectoire modeste, sans luxe tapageur, qui jamais ne se fige en une légende ou une figure imposée. Mais il ne fait aucun doute que deux des visages d’Hélène Loiselle à l’écran resteront à jamais gravés dans les mémoires : celui de la femme qui, à travers la vitre, regarde son mari partir pour le chantier et, plus tard, pleure la mort de son fils dans Mon oncle Antoine et celui, marqué par une douleur, par un courage et des convictions qui étaient aussi ceux de l’actrice elle-même dans Les ordres où, en incarnant cette femme humble soudain en prise sur l’Histoire et dont le drame dépasse, et de loin, la seule sphère du cinéma, la citoyenne Hélène Loiselle a osé se mettre en jeu et faire de son travail de comédienne un geste politique, cela au risque de ne plus avoir par la suite qu’une relation strictement professionnelle avec le cinéma."

Le texte entier peut être consulté ici

Publier sur twitter Partager

Vos réactions (0)

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.