Format maximum

Premiers plans - un billet d'Helen Faradji

FEMMES, FEMMES, FEMMES

2007-11-01

Femmes, femmes, femmes.

    Commençons par le commencement. Avant même d’attaquer nos sorties de la semaine, il faudra bien glisser un mot de cette 13ème édition du festival Cinémania qui ouvre ses portes aujourd’hui jusqu’au 11 novembre prochain. Programmation enrichie d’année en année, invités d’envergure, films réellement intéressants, on sent le festival sur une pente ascendante et on ne voit pas bien ce qui pourrait l’arrêter.

    Au programme de cette édition 2007, on gardera donc les yeux grands ouverts pour J’aurais voulu être un danseur d’Alain Berliner (Ma vie en rose), Le Candidat, premier long de Niels Arestrup, Ceux qui restent d’Anne Le Ny dont la presse a loué la pudeur et la délicatesse, Cartouches Gauloises où le cinéaste Mehdi Charef se souvient des derniers moments de la guerre d’Algérie, L’héritage, nouveau film de Gela Babluani (13 Tzameti), Les petites vacances d’Olivier Peyon où l’on retrouve l’inoubliable Bernadette Lafont, Le scaphandre et le papillon de Julian Schnabel prix de la mise en scène au dernier Festival de Cannes, Mais surtout, on ne ratera pas La naissance des pieuvres, premier long de Céline Sciamma, un bijou de justesse sur l’adolescence des jeunes filles.

    Et on se fera beaux pour les belles visites d’Emmanuelle Devis, Niels Arestrup, Gela Babluani, Jean Becker, Stéphan Carpiaux, Anne Le Ny et surtout du grand Bertrand Tavernier, qui viendra évoquer sa relation avec le regretté Philippe Noiret dans le cadre d’une rétrospective Tavernier salue Noiret. Le cinéaste donnera d’ailleurs une leçon de cinéma le samedi 3 novembre à 15h30 au cinéma Impérial. Pour tous les détails, ça se passe ici.

     Et tiens, puisqu’on est dans la thématique, on notera qu’un tiers des films présentés lors de cette édition ont été réalisés par des femmes.
 
     Beaucoup de femmes, donc, cette semaine gravitent autour des films à l’affiche. Nathalie Baye d’abord dans deux longs, Le prix à payer d’Alexandra Leclère basé sur un credo d’une élégance rare : « pas de cul, pas de fric » et Michou d’Auber de Thomas Gilou, tire-larmes de compétition et de qualité française où la comédienne aidera un petit arabe en pleine guerre d’Algérie malgré les commérages de ses voisins berrichons. On attendra donc avec patience de la revoir dans un film de Xavier Beauvois

    La femme encore, mais cette fois mère, sera à l’honneur dans Surviving My Mother, nouvelle réalisation d’Émile Gaudreault et Steve Galluccio (Mambo Italiano) sur les relations mère-fille. Nous ne sommes ni pour, ni contre, bien au contraire.

    Pour la testostérone, par contre, on pourra toujours faire un tour du côté de Martian Child où John Cusack adoptera un enfant de 6 ans, ou du côté d’American Gangster, polar viril de Ridley Scott, où Denzel Washington et Russell Crowe jouent les malabars dans le Harlem des années 70. Mais on n’y est pas obligé

    Retour aux femmes avec Le bonheur d’Emma précédé d’une réputation très flatteuse et d’une myriade de prix internationaux. On a malheureusement laissé passer ce film allemand de Sven Taddicken où une fermière sauvage et un homme seul et malade s’apprivoisent doucement. On se rattrapera

    Cette semaine encore, c’est le Festival du Nouveau Cinéma qui refait surface avec la sortie de 3 de ses films : American Venus, d’abord, du canadien Bruce Sweeney où une mère fait face aux obsessions de sa fille : le patinage artistique puis les armes à feu, Elle s’appelle Sabine ensuite, magnifique documentaire de Sandrine Bonnaire sur sa sœur autiste dont nous vous parlions ici (à ne pas rater!) et The Tracey Fragments, enfin, tellement intriguant qu’il est devenu, en toute logique, notre film de la semaine

Bon cinéma

Helen Faradji 

Publier sur twitter Partager

Vos réactions (0)

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.