Format maximum

Premiers plans - un billet d'Helen Faradji

DES DOCS ET DU BON SENTIMENT

2007-11-15

DES DOCS ET DU BON SENTIMENT

    Avant de commencer, une petite annonce spéciale pour amateurs de sang frais et de poursuites sadiques : le cinéma du Parc présentera du 16 au 22 novembre, 2 films d’Adam Green, un chouchou du festival Fantasia : Hatchet (gagnant du Fantasia d’or) où des touristes se trouveront bien dépourvus lorsqu’un bateau hanté les déposera dans un marais de la Nouvelle Orléans et Spiral où l’on s’apercevra que les dessins d’un artiste ne sont pas si jojos qu’ils en ont l’air (le 22 novembre).
 
    Mais revenons à notre programmation régulière se baladant allégrement cette semaine sur deux côtés d’une bien drôle de médaille : une louche de bons sentiments d’un côté, une dose de docs de l’autre. Ajoutons à cela la mini-polémique autour de la projection en dvd ou non de films (et notamment de L’heure des brasiers) au cinéma du Parc (en principe réglée maintenant, le cinéma s’étant engagé à prévenir ses spectateurs du format de diffusion des films dans ses salles, c’était bien la moindre des choses), la fin des Rencontres Internationales du Documentaire et le début du festival Image+Nation et nous voilà bien occupés.

    Trop sûrement, pour aller jeter un œil à ce Mr Magorium Wonder Emporium de Zach Helm (scénariste de Stranger than fiction), où Dustin Hoffman, Natalie Portman et Jason Bateman font les fous dans un magasin de jouets imaginaire. Noël approche et les grosses productions n’ont pas l’intention de nous laisser l’oublier.
Pas plus de temps pour Dialogue avec mon jardinier de Jean Becker qui semble désormais condamné à rejouer l’éternelle même partition de l’humain au cœur d’or. Un bravo à celui ou celle qui pourra trouver la différence entre ce récent Jardinier et ses précédents Enfants du Marais et Effroyables jardins (non, le fait que cette fois, Daniel Auteuil et Jean-Pierre Daroussin y tiennent les rôles principaux, ne compte pas).

    Quant à Love in the Time of Cholera adapté par Mike Newell du roman de Gabriel Garcia Marquez,  s’il ne ressemble pas tout à fait au pudding sentimental anticipé, il reste néanmoins une bluette qui prend son temps avec une naïveté premier degré assez anachronique.

    Nous voilà donc arrivés de l’autre côté de la médaille, au milieu des documentaires à peupler nos écrans cette semaine. Présentés dans le cadre des RIDM, deux docs prennent ainsi l’affiche au Parc : Big Sell Out, de l’allemand Florian Optiz (du 20 au 22 novembre) qui s’intéresse de très près à la notion de privatisation et à ses conséquences sur les vies humaines, et My country, my country de l’américaine Laura Poitras (du 17 aux 19) qui, lui, plante son regard sur les effets de l’occupation américaine en Irak. Tout un programme.

    Du même côté, on retrouve encore Gyspy Caravan de Jasmine Dellal qui suit le quotidien de 5 groupes gitans de Roumanie, Macédoine, Inde et Espagne lors d’une tournée en Amérique du Nord. On remarquera la participation à titre de directeurs photos des grands Albert Maysles et Alain Halleux, ce qui aide sûrement.

Mais puisque la semaine dernière, nous n’avions pu, faute de place, disserter cette belle surprise roumaine qu’est 12h08 à l’Est de Bucarest, nous profitons du calme relatif de cette semaine pour y revenir avec bonheur.
 
Helen Faradji
 

Publier sur twitter Partager

Vos réactions (0)

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.