Format maximum

Premiers plans - un billet d'Helen Faradji

MÉLI-MÉLO

2008-02-21

MÉLI-MÉLO

    Un peu de tout, pour tout le monde. Voilà comment pourrait se résumer notre semaine cinéma, décidemment insaisissable. Pour plus de cohérence, on se tournera vers les Rendez-Vous du Cinéma Québécois qui achèveront lundi prochain leur belle 26ème édition (malgré la présence d’un bourru Denys Arcand bien fâché contre les méchants journalistes et l’absence d’un Jacques Doillon pourtant espéré) avec le très beau documentaire de Pascale Ferland sur René Bail, Adagio pour un gars de bicycle. On vous en reparle très vite.

    Un peu de tout donc, pour tout le monde, avec Steep, d’abord, qui réjouira les amateurs de sensations fortes déjà titillé par le coup de gueule d’Arcand. Ce documentaire de Mark Obenhaus se balade entre l’Alaska, le Wyoming, la Colombie-Britannique, la France et l’Islande pour nous faire découvrir cette pratique très étrange du ski extrême. Alors qu’il est si facile de rester sur son canapé, ces skieurs fous parcourent la planète à la recherche de l’endroit le plus casse-cou. Certains ont de ces idées...

    Toujours casse-cou, mais beaucoup plus inoffensif, la Rivière aux Castors, long-métrage animalier réalisé par Philippe Calderon, nous présentera un petit n’ami castor en train de nous refaire le coup du petit Nemo de Disney, perdu loin de son papa. Benoît Brière s’y colle vocalement en français, Colm Feore en anglais tandis que nous tiendrons gentiment la main de nos chères têtes blondes en leur cachant quelques baîllements.

    Quant à Charlie Bartlett de Jon Poll, qui suit les traces d’un ado qui pour se faire accepter de son nouveau lycée s’y donne le rôle du psy de service, on serait tenté de repasser par la case départ sans toucher quoi que ce soit. C’est d’ailleurs ce que l’on a fait. À vous de nous dire si nous avons eu tort.

    Plus viril, Vantage Point réalisé par Pete Travis, nous refait lui le coup de Rashomon (ce culot, ce culot) pour évoquer selon différents points de vue la tentative d’assassinat d’un président américain (William Hurt). Évidemment, la télé, aujourd’hui un acteur majeur de l’information politique, jouera un rôle majeur dans le tout. Pour la présence de Forrest Whitaker et de Sigourney Weaver, on pourrait se laisser tenter. À moins que les présences de Dennis Quaid et Matthew Fox ne nous découragent ?

    Quant au Serpent d’Eric Barbier où un homme doit se battre contre une machination infernale orchestrée par un ancien camarade de classes et où Yvan Attal, Clovis Cornillac et Pierre Richard viennent faire mumuse, on retiendra surtout l'indispensable leçon de vie: il faut toujours régler ses dettes de billes.

    Enthousiasme plus prononcé pour Joe Strummer, the Future is Unwritten où le britannique Julien Temple, habitué des docs rocks (The Filth and the Fury, The Great Rock and Roll Swingle) se paye la visite du temple de la renommée du leader des Clash. Should we stay or should we go? On aurait du y aller, mais le temps a manqué. Promis, on se reprendra.

    Du côté des Faussaires, de l’allemand Stefan Ruzowitzky, inspiré par l’histoire vraie d’un faussaire condamné dans un camp de concentration à aider les nazis à affaiblir l’économie des alliés, on craint  par contre le trop plein de bons sentiments. Mais le film sera peut-être notre seule occasion de découvrir un des nominés à l’oscar du meilleur film étranger cette année avant dimanche prochain....

     Enfin, Up the Yangtze, un documentaire ONF de Yung Chang nous fera voir du pays en nous promenant sur le barrage construit dans le barrage des Trois Gorges en Chine et en observant ses effets sur la vie des habitants voisins. Sur le même sujet, difficile pourtant de faire mieux que Still Life de Jia Zhang Ke, un des plus beaux films de l’année dernière.

    En restait un, décevant au regard de la personnalité de son réalisateur Michel Gondry dont on espérait plus que ce timide Be Kind Rewind. On ne peut décidemment pas gagner à tous les coups.

Bon cinéma

Helen Faradji

Publier sur twitter Partager

Vos réactions (0)

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.