Format maximum

Nouvelles

YOUSSEF CHAHINE EST MORT

2008-07-27

YOUSSEF CHAHINE EST MORT

    On apprenait ce 27 juillet avec tristesse le décès du cinéaste égyptien Youssef Chahine. Âgé de 82 ans, il avait été il y a eu peu victime d'une hémorragie cérébrale qui l'avait laissé dans le coma.

    Natif d'Alexandrie qu'il avait quitté en 1947 pour étudier le cinéma aux États-Unis, le cinéaste engagé et militant, qui lutta toute sa vie contre la censure, l'intégrisme et les fanatismes, avait reçu en 1997 le prix du 50e Festival de Cannes pour saluer l'ensemble de son oeuvre, brillant entre autres de morceaux de choix tels Le Destin, La Terre ou Alexandrie, pourquoi.

    Ces dernières années, on avait pu voir ses courts-métrages dans les films collectifs 11'09'01 et Chacun son cinéma.

    Dans le cadre d'un dossier sur les cinémas nationaux (numéro 122), l'équipe de 24 Images avait pu recueillir ces mots du cinéaste. Nous les reproduisons aujourd'hui.

    Le cinéma marchandise est un dangereux contresens.  De tous temps, le cinéma a été le vecteur le plus puissant de la culture.

    En Égypte, malgré l’hégémonie du cinéma américain, les Égyptiens ont pu garder leur place, cela malgré les différents pouvoirs qui, pour la plupart,         ont succombé aux pots-de-vin que Hollywood leur accordait. Épiciers avides de dollars plutôt que diplomates responsables, ils n’étaient que très peu         sensibles aux arts, comme c’est le cas de la plupart des régimes militaires dictatoriaux. De là, leur servile acceptation de ce qu’on a appelé la                       «mondialisation».

    J’ai même tourné un long métrage, L’autre, qui décrivait à quel danger ces tenaces fonctionnaires exposaient la jeunesse – un danger de mort — dans     son combat contre cet attribut dépourvu de toute humanité.

Youssef Chahine


Publier sur twitter Partager

Vos réactions (0)

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.