Format maximum

Blogues

EN DIRECT DE CANNES 6 - par Jacques Kermabon

2009-05-20

D'UN ENFER A L'AUTRE

- Tu as vu le Guiraudie? [Le roi de l'évasion, Quinzaine des réalisateurs*] - Je ne pouvais pas, j'étais à la projection de presse du Bellochio [Vincere, en compétition*], pas fameux d'ailleurs. J'ai entendu dire du bien du Guiraudie, je vais essayer de le rattraper au marché, mais c'est pas sûr car ça risque de me faire rater le Resnais [Les herbes folles, en compétition*].

    À mi-parcours du festival, tout s'accélère, on se parle à mi-mots, le bruissement des rumeurs enfle et les regrets aussi. On prend conscience des films qu'on n'a pas pu voir et qui pourtant aux dires de certains méritaient attention. Restons zen néanmoins, même quand parti pour voir L'enfer d'Henri-Georges Clouzot, on découvre que la séance qui commence - avec pas mal de retard d'ailleurs, ce qui aurait pu nous mettre la puce à l'oreille - propose Manila, d'Adolfo Alix Jr et Raya Martin, récente production de la jeune génération du cinéma philippin, présentée parmi les séances spéciales - à ne pas confondre ou à confondre éventuellement - avec la section hors compétition. Une fois sorti de la salle Buñuel avec l'espoir un peu fou de rattraper le film manqué, on apprend que la Soixantième est comble. Raté. On avait pourtant déjà échafaudé un éventuel lien à tisser pour le blog avec Antichrist, de Lars von Trier. D'un enfer à l'autre.

    Il y a deux jours, une journaliste américaine me disait n'avoir jamais compris la passion des Français pour Romy Schneider jusqu'à ce qu'elle découvre ce documentaire de Serge Bromberg et Ruxandra Medrea, consacré à un film inachevé de Clouzot, drame d'une jalousie maladive, dont le scénario fut réalisé par Claude Chabrol en 1994 avec Emmanuelle Béart et François Cluzet dans les rôles principaux. Jusqu'à récemment, on savait peu que 185 boîtes des prises de vue de la version Clouzot étaient conservées aux Archives du film du CNC. Romy Schneider y dégage une intense sensualité, me confirme une amie croisée dans la rue alors qu'elle venait de quitter cette projection au bout de trois quarts d'heure pour ne pas louper Demain dès l'aube, de Denis Dercourt, présenté à Un certain regard. Elle m'explique que le documentaire alterne plans d'époque et témoignages de ceux qui ont participé au tournage. Elle a du temps, ce n'est qu'une fois dehors qu'elle a compris qu'elle s'était trompé d'heure. Le Dercourt ne commençait que dans deux heures et bien sûr, impossible de retourner au Clouzot/Bromberg.
On fatigue dirait-on.

    Mais le rapprochement entre les traces filmées du Clouzot et la nouvelle réalisation choc de Lars Von Trier aurait-elle tenu le coup? Cannes ne serait pas Cannes sans un soupçon de scandale. La rumeur a vite couru de scènes difficilement soutenables et j'en ai croisé plus d'un qui ont préféré se dispenser de cette épreuve. La projection de presse, dit-on, fut émaillée de ricanements et s'acheva entre huées et applaudissements. À une autre séance, j'avais un voisin qui extériorisait sa répulsion à grands cris de "My god!" en se voilant les yeux.  J'ai cru qu'il allait tourner de l'œil. Bien évidemment, pas plus qu'Un chien andalou ne se réduit qu'à son célèbre sectionnement inaugural, Antichrist superpose plusieurs strates - trauma familial et crise du couple, sonde dans la psyché, soupçons d'irrationnel, puissance onirique, veine sentencieuse, approche religieuse - sans qu'on puisse vraiment démêler comment on passe de l'une à l'autre ni comprendre le fin mot de l'histoire. Lars Von Trier y confirme sa capacité à se renouveler et à nous interloquer.

    On ne peut pas en dire autant de Quentin Tarantino avec Inglourious Basterds, une des œuvres les plus attendues du festival, un film d'aventure pétri de culture populaire comme il se doit, avec suspens, violence et amour du cinéma. Je n'arrive pas à m'y intéresser. Personne n'est parfait.

La phrase du jour : "La nature est l'église du diable" Charlotte Gainsbourg dans Antichrist.

Jacques Kermabon
* Note du traducteur.

Publier sur twitter Partager

Vos réactions (0)

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.