Format maximum

Premiers plans - un billet d'Helen Faradji

C’EST LA FÊTE, LA FÊTE

2009-06-18

    L’enfant lion de Grandperret, le Modern Times de Chaplin, Cléo de 5à7 de Varda, Les 3 couronnes du matelot de Ruiz, Au clair de la lune de Forcier, Tetsuo de Tsukamoto (une copie rare, ça), Freaks de Browning, Leningrad Cowboys go America  de Kaurismäki, Sweet Sweetback’s Baadasssss Song de Van Peebles et Reservoir Dogs de Tarantino du côté des longs; les petites merveilles de Barker, Bardine, Marcussen, Laganière, Driessen, de Chomón, Bowers, Muller, Renoir, Buñuel, Dali, Lauzon, Greenwald, Bergqvist, Ekstrand, Odell, Ohlson, Ocelot, Cournoyer, Woloshen, Culhane, Bouchard et Condie du côté des courts et moyens métrages; et aussi Arbuckle, Horne, Chaplin, Linder, Battista, Dupuis, Étaix, Sparling, Carrier, Brind, Lipsett, Jutra, Leduc, Wood, Brault et l'un des plaisirs coupables les plus satisfaisants au monde Frankenstein Junior de Brooks enfin du côté du 16mm sur la terrasse du café-bar. Ouf! Ca donne le vertige, non? On ose à peine y croire, non? Et pourtant, rien n’est plus vrai : c’est ce samedi 20 juin qu’aura lieu la projection de tous ces grands moments, lors de la toute première fête du cinéma à Montréal, à la Cinémathèque Québécoise.
Pour les détails sur les films et la programmation complète, c’est ici

    Beau temps, mauvais temps, rendez-vous donc à partir de 10h et jusqu’au lendemain 10h, pour 24 heures de pur plaisir, de joyeuses rencontres, de passionnés échanges autour de ces petits bijoux de films qui chacun à leur façon nous font battre le cœur. Oh, on oubliait presque le petit détail qui fait tout : les projections sont entièrement gratuites. On vous gâte, non, maudits chanceux?

    Mais (vous le sentiez venir, non?), cette fête n’existera pas sans vous. Car si cette édition est résolument placée sous le signe de la célébration, puisqu’elle est le cadeau que 24 Images a décidé de se/vous faire pour ses 30 ans, il ne tient qu’à vous d’en faire un succès pour qu’elle ait des suites. Des petites sœurs qui s’installeront comme elle chaque année au début de l’été pour tout simplement fêter le cinéma, ensemble et pour que, qui sait, un jour, nous aussi puissions fêter les 25 ans de la fête du cinéma, comme en France.

    C’est sous la présidence d’honneur, Catherine Deneuve, et accompagnée par les autres porte-paroles que sont Emmanuel Mouret, Sylvie Testud ou Vincent Elbaz que la fête du cinéma fêtera en effet son quart de siècle du 27 juin au 3 juillet prochains. Un événement qui, il faut bien l’avouer, fait rêver. Institué en 1984 sous la pression de la Fédération Nationale des Cinémas Français et du Ministère de la Culture, la fête du cinéma n’était, jusqu’en 1992, organisée « que » sur une journée. Quelques 1.8 millions d’entrées enregistrées en moyenne par édition plus tard, la fête fut étendue sur 3 jours et se payera même le luxe d’envahir les écrans de l’hexagone (on en recense 5418 à ce jour, pas mal quand même) pendant une semaine entière cette année. Le principe? Tout simple : on achète une première place de cinéma au tarif normal, puis toutes les séances suivantes sont à 3 euros (approximativement 5 dollars). Les films présentés sont ceux à l’affiche au moment de la fête (cette année, entre autres Amerrika de Cherien Dabis et Les beaux gosses de Riad Sattouf, présentés à la dernière Quinzaine, Fais-moi plaisir de Mouret, Antichrist de Lars Von Trier, une nouvelle copie toute pimpante des Vacances de M. Hulot, Whatever Works de Woody Allen… L’année est plutôt chanceuse). Un succès tel qu’aujourd’hui, la fréquentation se situe en moyenne entre 3 et 4 millions d’entrées par fête du cinéma.

    Si d’autres modèles existent, par exemple en Belgique (leur fête se consacre entièrement au cinéma national, court et long, et permet à de jeunes réalisateurs de venir y gagner une bourse pour finir leur court-métrage), celui que propose la fête du cinéma de Montréal est absolument unique. Un peu d’endurance (24 heures, mais du café sera proposé sur place), des classiques du plus familial au plus culte, beaucoup de bonne humeur et surtout un amour du cinéma qu’on a vraiment pas envie d’arrêter de célébrer un jour.

    Alors soyez là. Pour voir un film, mais aussi pour que l’on se rencontre et que l’on échange autour d’un verre. L’invitation est lancée, car pour nous, il ne fait aucun doute qu’il ne s’agit là que du début d’une très belle aventure à vivre ensemble.

Du samedi 20 au dimanche 21 juin, 10h-10h, à la Cinémathèque.

Bonne fête du cinéma à tous

Helen Faradji

Publier sur twitter Partager

Vos réactions (1)

  1. Quelle magnifique fête. Excellent choix de films, permettant de découvrir, de redécouvrir et de revoir certains films ayant marqué le visage du cinéma. Après cet assemblage de longs et de courts, la superbe surprise que nous a fait M.-André Forcier ça incite à découvrir, à oser voir. Un énorme bravo à toute l'équipe qui a travaillé à l'organisation de cette fête. Un petit bémol cependant, peut-être, la prochaine fois, prévoir une ou deux pose de 30 ou même seulement 20 minutes pour permettre aux quelques personnes qui veulent se payer l'expérience de ne rien rater de pouvoir aller se chercher un petit quelque chose à manger, ou peut-être faire un petit B.B.Q. hot-dog/hamburger à petit prix sur cette magnifique terrasse. Pour terminer, un énorme Merci à vous.

    par emmanuel, le 2009-06-22 à 11h31.

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.