Nouvelles

LA LETTRE A L'ÉCRAN A LA CINÉMATHÈQUE QUÉBÉCOISE

2007-04-10

La Lettre à l'écran

3 mois et 18 séances, c'est ce que la Cinémathèque consacrera à sa nouvelle programmation thématique consacrée à La lettre à l'écran, axée autour des différents usages qu'ont pu en faire les cinéastes.

« Lettres d'amour, lettres de prison et de colère. Lettres d'ailleurs ou de l'intérieur. Le passage de la lettre au journal intime semble naturel. La lettre, en effet, est souvent propice aux confidences. Mais à partir du moment où elle devient publique, il y a désir de transformer cette pensée intime, de l'ouvrir et de la faire travailler plus largement. Exemplaire est la Lettre d'un cinéaste à sa fille, où Éric Pauwels s'amuse à faire des pied-de-nez au cinéma-spectacle et à raconter des histoires qui constituent la trame d'un film débridé, « pour le plaisir, juste pour le plaisir ».  Ce faisant, son film « intime » devient manifeste pour la défense de l'art, contre le produit culturel.

Car, au cinéma, comme à la vidéo, l'écriture épistolaire peut aussi être le creuset d'une réflexion sur l'expression cinématographique. Les quelques lettres de cinéastes rassemblées ici, celle de Godard à Freddy Buache, celle de Gheerbrant à Van der Keuken, de Pauwels à Jean Rouch ou La Lettre de Sibérie  de Chris Marker le montrent amplement : c'est dans la liberté, le jeu, l'invention, la profusion d'expérimentations que le langage demeure vivant. D'où le « il y a urgence », de Godard.  Auquel fait écho le Oh la la du narratif de Sylvie Laliberté ou encore le Du front tout le tour de la tête de Chantal duPont.

(…) Mais presque toutes les œuvres présentées dans ce cycle sont parcourues de la conscience de leur appartenance au monde et de la complexité de ce lien : le regard du consul sur la Chine coloniale, les allusions de Kramer à la violence politique de notre temps, La Dernière Lettre d'une femme juive imaginée par Frederic Wiseman, la rage impuissante et lucide d'Avi Mograbi (Pour un seul de mes deux yeux) (…)"

Diane Poitras, Conservatrice télévision et vidéo




Du 11 avril au 14 juin 2007, à la Cinémathèque québécoise.
Renseignements au www.cinematheque.qc.ca


Publier sur twitter Partager

Vos réactions (0)

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.