Format maximum

Blogues

BLOGUE DU FNC 8 - par Fabien Philippe

2009-10-15

SURPRISE PALMÉE

    Miracle ! Hier matin on apprenait, par communiqué de presse, la présentation de 3 films surprises au FNC dont -attention roulement de tambours- Le ruban blanc ! Après quelques rebondissements –le FNC avait déjà annoncé une projection du film avant de se rétracter, la Palme d'or se posera  finalement sur Montréal dimanche prochain, à 11h. Certes, pas sûr que cette horaire matinale sera des plus adéquats pour tous les festivaliers qui auront fêté jusqu'à plus soif la clôture du FNC la veille… mais on pourra compter sur Michael Haneke, le virtuose du moderato horribilis, pour nous faire oublier notre gueule de bois. Si les festivals nous ont plus habitués à annuler des séances, on ne peut que se réjouir quand l'un d'eux annonce une séance supplémentaire, encore plus quand il s'agit d'un film aussi attendu.  
 
    Hier, les reprises de No One Knows About Persian Cats et Mary and Max ont réchauffé une journée plutôt tranquille malgré la présentation d'Irène d'Alain Cavalier, toujours aussi talentueux pour dénicher la poésie du quotidien. On n'en dira pas autant de la reprise de la compétition I de courts-métrages. Si d'ordinaire, le mix animation/images réelles, docu/fiction/expérimental, techniques traditionnelles/images nouvelles créé un joyeux chaos où les œuvres se répondent, cette fois aucune tectonique n'a été constatée. Un calme plat a régné sur cette projection dont l'intitulé, Des mondes chorégraphiés, a laissé perplexe devant la diversité des propositions et la raison d'un tel regroupement sous cette bannière. Dommage car les courts Me Broni Ba et Hanasaari A auraient beaucoup mieux respiré dans une autre compilation à la qualité plus homogène. Mais niveau court, on a tout de même pu se rattraper au Quartier général avec la 3ème soirée Kino Kabaret où les œuvres réalisées en moins de 48 heures ont encore prouvé, derrière leur bricolage parfois dernière minute, la vivacité et l'originalité des créateurs. Et on ne s'en cachera : au-delà des films, l'ambiance Kino dans la salle vaut toujours le déplacement. 
 
    Pour les projections d'aujourd'hui, on ne manquera pas Canine de Yorgos Lanthimos. D'abord parce ce qu'il est assez rare de découvrir le cinéma grec pour se permettre de passer à côté de cette projection. Ensuite parce que ce film livre sa vision de la tyrannie en format familial, d'une manière très originale. A découvrir.  

    A noter également la projection unique de United Red Army, l'œuvre indispensable de Koji Wakamatsu sur la contestation étudiante qui a ébranlé le Japon des années 60 et traumatisé la mémoire collective avec la prise d'otages d'Asama-Sanso de 1972. Période sombre du pays du Soleil -Levant habilement mise en scène ici grâce à la richesse des images d'archives et une reconstitution des plus angoissantes.

    A 21h, on filera au Quartier général pour la rencontre entre le peintre-cinéaste Jean Detheux et le pianiste Jean-Philippe Collard-Neven. Un événement qui va convier autant Couperin, Steve Reich, Frescobaldi ou Maurice Ravel et qui risque bien d'offrir une belle leçon de cinéma.

Fabien Philippe

 

Publier sur twitter Partager

Vos réactions (0)

Soumettre une réaction

  *Votre courriel ne sera pas publié et est demandé seulement à titre de référence.